Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 01:11

Une petite histoire qui aurait trés bien pu inspirer Jean Cocteau pour faire "la belle et la bête"

belle et la bête

Il y a bien, bien longtemps vivaient une reine et un roi qui avaient trois filles. L'aînée était belle, la seconde encore plus, quant à la troisième, elle était plus ravissante que les astres du ciel. Elle s'appelait Psyché.

Les gens venaient de pays très lointains, traversaient des mers, escaladaient des montagnes dans le seul but de l'admirer. Lorsqu'elle sortait du palais, ils la regardaient avec émerveillement et s'écriaient

« C'est la déesse de la beauté et de l'amour, Aphrodite, qui a quitté l'Olympe pour venir nous voir. Aucun enfant de parents humains ne pourrait être aussi belle » disaient les uns.

« Oh non » prétendaient d'autres, « ce n'est pas la divine Aphrodite. C'est une nouvelle déesse qui la surpasse en beauté et en puissance »

Et ils se prosternaient, l'adoraient, lui offraient des sacrifices. Lorsque Psyché marchait dans la rue, celle-ci s'animait comme pour une fête et son chemin était jonché de fleurs.

Pendant ce temps les temples consacrés à Aphrodite étaient désertés par les fidèles. Les araignées y tissaient leur toile, la cendre sur les autels était depuis longtemps refroidie et personne n'immolait plus de victimes à la déesse déchue. Les marches des sanctuaires se recouvraient peu à peu de mousse et de mauvaises herbes. Tous étaient occupés à adorer Psyché et oubliaient Aphrodite.

Voyant sa renommée en péril, celle-ci ne put supporter une telle humiliation et convoqua son fils, Eros, pour l'aider à punir la folle princesse. Le fils ailé de la déesse s'envola aussitôt pour la rejoindre. Sa main droite tenait un arc et il portait sur son dos un carquois rempli de flèches. Celles-ci, bien qu'invisibles à l’œil humain, atteignaient à coup sûr la victime choisie et la blessaient d'amour. Or l'amour, s'il procurait à certains un bonheur ineffable, pouvait être aussi source de grands malheurs.

« Mon enfant » dit Aphrodite, « il y a sur la terre une princesse du nom de Psyché. Elle est assez impudente pour se permettre de se faire adorer telle une déesse. Tu vas m'aider à la châtier en transperçant son cœur d'une flèche. Mais celle-ci ne doit pas lui apporter la joie, bien au contraire. Je veux quelle épouse l'homme le plus mauvais qu'elle pourra rencontrer. Personne ne s'occupera plus d'elle lorsqu'elle sera malheureuse et humiliée. Le feu sacré s'élèvera à nouveau sur mes autels et le parfum des sacrifices s'élèvera jusqu'aux cieux »

Eros acquiesça et s’envola pour accomplir la volonté maternelle. Il se cacha au sommet d'un arbre devant le palais royal et prit une flèche dans son carquois. Tout autour de la demeure seigneuriale s'étaient rassemblés des pèlerins qui attendaient la sortie de la ravissante princesse.

Elle apparut bientôt, rayonnante de beauté comme un arc-en-ciel. La main d'Eros qui tenait l'arc retomba et il regarda Psyché avec admiration. Puis il remit la flèche dans le carquois et s'envola. C'était la première fois qu'il désobéissait à sa mère Aphrodite.

Or, bien qu'elle soit révérée par tous, Psyché n'était pas heureuse. Ses sœurs, moins jolies qu'elle, étaient déjà mariées et étaient parties avec leurs époux. Mais personne n'osait faire la cour à une si jolie princesse.

belle-et-bete-3

Aussi le roi pensait-il que c'était là une punition des dieux et c'est pourquoi il demanda à l'oracle ce qu'il fallait faire.

Voici ce qui lui fut répondu

« Habille Psyché de vêtements funéraires, ce sera sa parure de mariage. Emmène-la au sommet de la falaise qui est derrière le palais. C'est là que son fiancé viendra la chercher : ce n'est pas un être humain et il sait des choses terribles »

C'est en pleurant que le roi accueillit cette prédiction. Sa fille préférée n'était donc pas née pour l'amour humain et un monstre allait s'en emparer sur la falaise ! Pourtant il n'osa pas désobéir à la volonté des dieux.

Il prépara donc une fête funèbre, convoqua des musiciens et leur ordonna de jouer leurs airs les plus tristes, puis il vêtit sa fille comme s'il allait l'enterrer. Lorsque la lumière des torches se fut éteinte et que le silence fut revenu, Psyché sortit du palais pour la dernière fois.

Le roi, la reine et tout le peuple, en larmes, l'accompagnèrent jusqu'à l'endroit fatal.

Elle gravit la falaise seule et s'assit en pleurant d'angoisse tandis qu'un gros nuage noir l'enveloppait. C'est alors que Zéphyr, le vent d'Ouest, repoussa soudain la nuée et, prenant tendrement la princesse dans ses bras, la fit descendre dans une vallée embaumée parsemée de fleurs et d'herbes veloutées. Il essuya ses larmes et Psyché regarda autour d'elle.

belle-et-la-bete-1

Elle vit un bois dont les arbres murmuraient doucement et une source limpide qui scintillait dans leur ombre. Non loin de là s'élevait un somptueux palais aux murs d'argent et au toit fait d'or et d'ivoire.

La jeune fille s'en approcha timidement. Les grandes portes étaient ouvertes et laissaient apercevoir les rayons multicolores des parquets, incrustés de pierres précieuses.

« Qui donc peut habiter un palais aussi splendide ? » se demandait Psyché. Elle gravit la première marche de l'escalier, puis la seconde, puis la troisième. Rassurée, elle courut jusqu'en haut du perron risqua un coup d’œil à l'intérieur et entra dans la demeure.

Elle traversa plusieurs pièces vides sans apercevoir âme qui vive et, tandis qu'elle admirait les vases précieux et les statues de marbre, elle entendit la voix d'un être invisible

« Sois la bienvenue dans mon domaine, Psyché. Tout ce que tu vois t'appartient aussi à partir d'aujourd'hui. Si tu as le moindre désir exprime-le et mes serviteurs se feront une joie de l'accomplir »      

La princesse souhaita prendre un bain et aussitôt elle fut transportée dans un bassin d'eau parfumée. Après quoi elle trouva une table couverte des mets et des boissons les plus raffinés. Lorsqu'elle eut fini de dîner, un chanteur et des musiciens invisibles la surprirent et la charmèrent. Elle écouta les douces mélodies jusqu'à ce que ses yeux se ferment de fatigue. Alors elle trouva dans la pièce suivante un lit accueillant.

Elle se coucha épuisée mais ne put s'endormir tant elle était intriguée par le merveilleux palais et par l'époux promis par l'oracle. Puis elle pensa à ses parents qui devaient être fort inquiets.

L'obscurité tomba et ce fut la nuit. Dans le noir elle entendit le bruit d'une respiration. Quelqu'un, qu'elle ne pouvait pas voir, s'approchait de sa couche et, lorsqu'il fut tout près d'elle, il lui adressa la parole

« Je suis ton mari, Psyché. N'aie pas peur de moi. Tu ne manqueras de rien. Mes serviteurs invisibles s'occuperont de tout. Mais tu ne devras jamais apercevoir mon visage. C'est pour cela que je te rejoindrai seulement le soir et ce n'est que dans l'ombre que tu pourras me parler »

La voix de l'étrange époux était si charmante et si tranquille que la princesse cessa d'avoir peur. Elle promit qu'elle n'essaierait pas de voir son mari et qu'elle lui serait fidèle.

Pendant des journées entières Psyché vécut toute seule.

Elle parcourait la riche demeure et la seule joie qu'elle connaissait était de rencontrer son époux la nuit.

Le roi et la reine auraient aimé avoir des nouvelles de leur fille. Ils se remémoraient l'affreux présage et supposaient qu'elle avait dû être emportée par un dragon. Ses sœurs, qui avaient entendu parler du triste destin de leur cadette, étaient venues réconforter leurs parents.

Ce soir-là, le mari inconnu dit à Psyché

« Ma chérie, un grand danger te guette. Demain tes sœurs graviront la falaise et se mettront à t'appeler en pleurant et en gémissant. Sans doute tu les entendras mais il ne faut absolument pas que tu leur répondes »

La jeune femme se souvint alors de son pays natal. Elle se mit à verser d'abondantes larmes et supplia son époux de lui permettre d'inviter ses sœurs.

Elle leur dirait qu'elle allait bien et ainsi son père et sa mère seraient rassurés sur son sort.

Elle insista tellement qu'à la fin son mari céda. Il lui permit même de leur faire des cadeaux mais lui défendit de dire la vérité à son sujet.

Psyché le remercia et lui renouvela sa promesse de ne pas parler de l'invisible étranger. Elle avait hâte d'être au lendemain et de revoir ses sœurs après une aussi longue séparation.

Le jour se leva enfin. Les sœurs demandèrent le chemin qui menait en haut de la falaise et allèrent jusqu'au sommet. Là, elles se mirent à gémir, à se lamenter et à appeler Psyché par son nom. Celle-ci les entendit et envoya le vent d'Ouest pour qu'il les ramène au palais. Zéphyr étendit ses ailes translucides et les fit descendre toutes les deux dans la vallée.

La jeune princesse les embrassa en riant gaiement, les assourdissant de questions et de bavardages. Les sœurs se réjouirent de même, mais devant la magnifique demeure, elles n'eurent qu'un sourire. Et lorsque leur cadette leur eut fait visiter les chambres aux boiseries incrustées de pierres précieuses, elles cessèrent même de sourire. Psyché ordonna à ses serviteurs invisibles de préparer un bain et de dresser les tables.

Les sœurs se baignèrent, goûtèrent des mets qu'elles n'avaient jamais mangés et burent des breuvages qu'elles n'avaient jamais bus.

Pâles d'envie, elles demandèrent

« Et quand nous montreras-tu ton mari ? »

La princesse, se souvenant des recommandations de son époux ne répondit pas, mais les jalouses la pressèrent de questions, se moquant d'elle et voulant la forcer à parler.

Psyché, souhaitant éviter la suite de l'interrogatoire, leur dit la première chose qui lui vint à l'esprit

« Il est jeune et passe ses journées à la chasse, c'est pourquoi vous ne pourrez pas le voir »

Puis elle se hâta de leur distribuer de l'or et des pierres précieuses et appela Zéphyr pour qu'il les ramène sur la terre.

Les sœurs emportèrent ces riches présents mais ceux-ci ne leur procurèrent aucun plaisir.

Elles enviaient leur cadette et leur jalousie était amère. L'aînée exprima ainsi sa vilaine pensée

« Je me demande si Psyché mérite de vivre dans un tel luxe et d'être servie par des serviteurs invisibles comme si elle était une déesse. Et moi, qu'ai-je donc ? Un misérable mari. Il pèse la moindre obole dix fois avant de la donner et il est tellement avare qu'il serait heureux de voir les poutres pourrir au-dessus de sa tête plutôt que d'en mettre des neuves »

« Et que dis-tu du mien ? » rétorqua la seconde « Il est vieux et malade. Jamais il ne va chasser. La maison tout entière sent les médicaments et les tisanes. Psyché, elle, est entourée de la suave odeur d'huiles et de parfums coûteux. Ne sommes-nous pas plus âgées qu'elle ? De quel droit aurait-elle tout et nous rien ? Nous ferions bien de ne pas raconter à nos parents ce que nous avons vu : pourquoi devrions-nous répandre l'histoire de son bonheur ? »

Ayant convenu de dissimuler ce qu'elles avaient appris, les sœurs rentrèrent au palais royal en faisant semblant de ne pas avoir retrouvé leur malheureuse cadette.

Dans le secret de leurs cœurs, elles ne pensaient qu'à faire du mal à la pauvre Psyché.

Celle-ci était très heureuse d'avoir résisté aux questions et de n'avoir pas dévoilé son secret. Lorsque l'obscurité fut venue, elle entendit à nouveau la voix de son époux, qui la félicita de son silence.

Mais il ajouta tristement

« Je me demande quand même si tu ne me trahiras pas à la seconde entrevue. Tes aînées t'envient et elles reviendront sûrement. Ne leur parle pas de ton mari et n'espère pas savoir qui je suis. Si tu me voyais une seule fois, tu me perdrais pour toujours et nous ne serions plus jamais réunis »

Une fois encore Psyché renouvela sa promesse. Ainsi que l'avait prédit l'inconnu, les envieuses créatures revinrent bientôt. Sans même attendre Zéphyr, elles se jetèrent dans le vide où le vent d'Ouest les rattrapa. Il les déposa à nouveau sur la prairie devant le palais.

Psyché les reçut avec joie, les fit souper et leur donna des cadeaux. Les sœurs se mirent à bavarder en racontant ce qui se passait sur terre.

« Tu aurais dû voir nos parents » mentaient-elles « Comme ils étaient contents de ton bonheur ! Et qui est son mari ? nous demandaient-ils. Nous ne l'avons pas vu, Psyché ne nous le montrera pas avant notre prochaine visite »

Oubliant l'histoire qu’elle avait inventée, la princesse s'écria

« Mais il n'est pas à la maison : il est assez âgé et il est toujours en voyage » Puis elle appela immédiatement Zéphyr et lui ordonna de reconduire ses sœurs.

Lorsque celles-ci furent rentrées chez elles, l'aînée s'exclama

« Comme c'est étrange, la dernière fois elle avait dit que son mari était jeune et, aujourd'hui, elle a dit qu'il était vieux. »

« Ou bien elle ne l'a jamais vu » dit la seconde « ou bien elle ment. Nous devons y retourner encore une fois pour apprendre la vérité »

Les deux envieuses passèrent la nuit au palais de leurs parents, attendant avec impatience le jour suivant.

Le lendemain, dès l'aurore, elles coururent au sommet de la falaise et Zéphyr les emporta. Elles avaient hâte de retrouver leur cadette.

« O chère Petite sœur, ô pauvre petite Psyché ! » s'écrièrent-elles en essayant de verser quelques larmes « tu ne sais pas ce qui t'attend : sais-tu seulement qui est ton mari ? L'oracle avait dit vrai, il n'est pas un être humain comme nous mais un horrible dragon »

La figure effrayée de la princesse la trahit. Elle n'avait donc jamais vu son mari.

Les horribles mégères soupçonnant son désarroi continuèrent leurs mensonges

« Des bergers l'ont vu tournoyer autour de la falaise » affirma la première.

« Il est effrayant. Un seul coup d’œil sur cette créature te rendrait malade » renchérit la seconde.

« Lorsqu'il t'aura bien nourrie il t'avalera sûrement » gémirent-elles ensemble. « Mais que dois-je faire ? » supplia Psyché attendant avec anxiété la réponse de ses aînées.

« N'aie pas peur, nous allons te conseiller » dirent les sœurs en la consolant hypocritement. « Allume une lampe à huile et cache-la sous ton lit. Cache la flamme sous un vase de façon que le monstre ne la remarque pas. Dissimule aussi un couteau pointu. Lorsqu'il se sera endormi, soulève la lampe pour l'apercevoir et tranche-lui aussitôt la tête avec le poignard. De cette façon, tu te libéreras de lui et ensuite nous nous occuperons de toi. Après tout, nous sommes tes plus proches parentes »

La princesse leur exprima sa gratitude et Zéphyr les emporta.

Toute bouleversée par ces révélations, elle prépara le couteau, la lampe et attendit la nuit.

Après cette attente, qui lui parut interminable, le soleil finit enfin sa course et le palais fut à nouveau plongé dans l'obscurité.

L'époux de Psyché revint au logis particulièrement fatigué et sitôt couché, il s'endormit.
Dès que sa respiration devint régulière, Psyché l'éclaira en tenant son arme de l'autre main. C'est alors que la lumière lui révéla l'identité de son mari. Elle avait sous les yeux le fils de la déesse Aphrodite lui-même.

Ses ailes dorées scintillaient à la lueur de la flamme. Il était si beau que Psyché poussa un profond soupir. La main qui portait la lampe trembla et une goutte d'huile brûlante tomba sur l'épaule du jeune dieu. Eros fut immédiatement réveillé par la douleur et il vit sa femme penchée sur lui. Sans un mot il se leva du lit et s'envola dans la nuit.

Belle-et-la-Bete


C'est en vain que la pauvre épouse l'appela et l'implora. Un silence mortel s'était abattu sur le palais et personne ne lui répondit. La princesse sortit en courant, trébucha sur les racines et les pierres, se blessa les jambes et les bras sur les ronces. Elle chercha Eros désespérément, essayant de percevoir le bruit de ses ailes. Mais la nuit était muette.

Pendant ce temps, le dieu blessé s'était réfugié chez sa mère et lui avait avoué son aventure.

« C'est bien fait pour toi » dit Aphrodite en colère « cela t'apprendra à m'obéir. Puisque tu n'as pas su la punir, je la punirai moi-même »

Eros resta chez la déesse : sa brûlure lui avait causé une forte fièvre. Quant à Psyché, elle continua à errer à la recherche de son mari, tourmentée par le remords et le désir de le revoir. Elle questionna les gens dans les villes, les bergers dans les pâturages et les pêcheurs sur les côtes.

Certains hochaient la tête avec sympathie, d'autres se moquaient d'elle et tous pensaient qu'elle était devenue folle car personne n'avait jamais vu Eros, bien que ses flèches aient touché à peu près tout le monde.

Après avoir marché longtemps, la malheureuse vint trouver sa sœur aînée et lui raconta son tragique destin.

Celle-ci fit semblant de la plaindre, mais dès que l'infortunée princesse fut partie, elle courut vers la falaise, l'escalada et appela Zéphyr

« Emmène-moi chez ton maître. Je peux être une meilleure épouse que Psyché.»

Et, disant ces mots, elle se jeta dans l'abîme. Mais le vent ne lui obéit pas et la jalouse créature fit une chute mortelle.

La pauvre Psyché fit aussi part de ses malheurs à sa seconde sœur. Elle prit une mine apitoyée mais sitôt sa cadette disparue, elle se hâta vers le sommet de la falaise en s'écriant

« Eros, viens prendre ta véritable femme, et toi, Zéphyr, emporte-moi ! » Aussitôt elle sauta dans le vide et connut le même sort que son aînée.

Pendant ce temps, les serviteurs de la déesse offensée avaient retrouvé l'imprudente princesse.

« Te voici donc ! » s'écrièrent-ils « Nous devons t'emmener chez notre maîtresse, Aphrodite. »

Psyché ne protesta pas car elle pensait ainsi revoir son mari dans sa demeure céleste. Lorsqu'ils arrivèrent au palais, Aphrodite jeta à Psyché un regard mauvais et lui dit

« Les hommes ne-te rendent-ils plus hommage comme à une véritable divinité ? Où est le peuple qui te comblait de cadeaux et qui t'offrait des sacrifices ? Mon fils est chez moi. Je l'ai soigneusement enfermé, aussi n'espère pas le revoir. Ta folle désobéissance l'a rendu malade »

Et la déesse ordonna à ses servantes de mélanger du froment, de l'orge, du millet, du pavot, des pois, des lentilles et des haricots. Puis elle fit asseoir sa prisonnière devant l'énorme tas des graines mélangées et dit

« Tu vas devoir abaisser ton orgueil devant cette tâche. Trie ce tas sans te tromper, je viendrai ce soir vérifier ton travail. S'il n'est pas achevé, tu seras cruellement punie »

Aphrodite partit et Psyché n'essaya même pas d'exécuter l'ordre de la déesse. Qui au monde aurait pu accomplir une telle tâche ? Elle vit avec chagrin tomber l'ombre du soir et se rapprocher le châtiment promis.

Mais une industrieuse petite fourmi traversa la pièce et prit la princesse en pitié. Elle alla chercher des amies et elles se partagèrent le travail. Elles vinrent tellement nombreuses que l'amas de graines disparut sous elles. Elles trièrent patiemment les semences et lorsque le soir fut venu la tâche était terminée.

En revenant d'un banquet de l'Olympe, Aphrodite, la tête couronnée de roses, vint narguer Psyché.

Quelle ne fut pas sa surprise et sa colère lorsqu'elle vit les sept tas bien rangés

« Ne crois surtout pas que tu as gagné » s'écria-t-elle « Tu n'as sûrement pas fait cela toute seule. Quelqu'un a eu pitié de toi et est venu t'aider. Tant pis pour toi »

Et elle lui lança un morceau de pain noir avant de l'enfermer à nouveau.

Le lendemain la déesse revint et, sans même regarder la jeune femme, elle ordonna

« Vois-tu ce pré ? Des moutons y paissent et leur pelage scintille comme de l'or. Vas-y et rapporte-moi une touffe de leur laine »

Psyché s'élança aussitôt, car la tâche qui lui était demandée lui semblait bien plus facile que la précédente. Comme elle courait le long de la rivière, les roseaux prirent pitié d'elle et lui chuchotèrent

« Ne te dépêche pas, ma belle. Le matin, les bêtes sont farouches et elles te tueraient en te piétinant de leurs sabots. Tu ferais mieux d'attendre jusqu'à midi : les moutons font alors un petit somme et tu pourras facilement ramasser des brins de laine accrochés aux buissons »

La princesse obéit à l'herbe et se cacha derrière un arbre. L'après-midi, profitant du sommeil du troupeau, elle ramassa la laine dorée et se hâta d'aller retrouve Aphrodite.

A sa vue, les yeux de la déesse étincelèrent.

« Ne crois pas » lui dit-elle une fois encore « que tu as gagné : tu as à nouveau reçu de l'aide. Nous verrons bien si tu arrives à accomplir le troisième travail. Voici une coupe de cristal. Rapporte-moi dedans de l'eau de la source noire. Elle jaillit de terre là-bas, près du sommet de cette montagne »

Psyché se hâta d'aller accomplir le souhait de la déesse. Elle escalada les roches glissantes jusqu'au sommet de la montagne de sous laquelle jaillissait la source noire.

Le désir de revoir Eros lui faisait franchir les obstacles les plus dangereux, et cet espoir, si elle arrivait à satisfaire Aphrodite, lui donnait la force de marcher à côté des précipices.

Elle s'approcha tellement de la source qu'elle pouvait entendre le grondement de l'eau se précipitant dans l'abîme. Là, elle se raidit de peur sans parvenir à faire le pas suivant. De monstrueux dragons soulevaient de terre leurs horribles gueules et regardaient Psyché de leurs yeux injectés de sang. C'est alors que de l'eau s'éleva une voix

« Va-t’en de là ! » criait-elle « Sois prudente sinon tu es perdue ! Cours ! » Psyché se mit à pleurer amèrement. Elle avait atteint son but et à présent elle n'osait pas remplir le vase.

Son chagrin et sa souffrance émurent un aigle. Il descendit des nuages et lui dit

« Comment as-tu pu imaginer que tu arriverais à accomplir une tâche aussi difficile ? L'eau de cette source noire tombe directement dans le monde inférieur, dans le royaume des morts, et aucun mortel ne pourra jamais en récolter la moindre goutte. Mais donne-moi ton récipient, je vais t'aider ! »

Sans nom1Illustration sans nom de l'auteur (pas trouvé)
   
La princesse tendit la coupe à l'oiseau qui la serra fermement dans son bec, plana bravement entre les monstres, récolta un peu d'eau et la rapporta à Psyché. Celle-ci remercia joyeusement l'aigle et courut rapporter son butin à Aphrodite. Sur le chemin elle prit bien garde de ne pas renverser la moindre goutte.

La déesse adressa à la jeune femme un sourire plein de fiel

« Tu sembles vraiment être une enchanteresse bien puissante. Mais j'ai encore un travail à te demander. Prends cette petite boîte et va au royaume des ombres. Donne-la à Perséphone et demande-lui d'y mettre un peu de baume pour mon fils. Puisque tu l'as brûlé, tâche au moins de le soulager. De toute façon, ne reviens pas sans la pommade »

C'est le cœur bien lourd que Psyché quitta le palais de la déesse.

« Seuls les morts peuvent rendre visite aux morts » pensait-elle « Ceux qui descendent dans les profondeurs n'en remontent jamais »

Pourtant la princesse désirait de tout son cœur rapporter l'onguent pour guérir la blessure de son mari.

« Il devait avoir mal » se disait-elle « peut-être gémissait-il ? » Le sang battait à ses tempes.

Pleine de confusion, elle cherchait le chemin le plus court qui l'amènerait aux Enfers.

Dans son agitation elle courut à une tour élevée.

« Je vais sauter et la mort m'emportera immédiatement dans le royaume des défunts » se dit-elle. Et forte de cette décision, elle se mit à gravir les marches de l'escalier.

Mais même les froides pierres peuvent s'émouvoir et, devant la détresse de Psyché, la tour s'éveilla et lui parla d'une voix humaine

« Arrête-toi, pauvre petite. Pourquoi veux-tu te détruire ? Si tu meurs, tu ne pourras plus jamais revenir dans le monde. Marche toujours vers l'Ouest jusqu'à ce que tu atteignes une grotte cachée dans des rochers noirs. Entres-y et traverse le sombre couloir qui mène aux Enfers. Mais tu ne dois pas partir les mains vides : prends avec toi deux gâteaux au miel et mets deux petites pièces d'argent dans ta bouche. Sur ta route, ne parle à personne. Jette un gâteau à Cerbère, le chien à trois têtes, et il te laissera passer. Lorsque tu auras atteint les bords du Styx, laisse Charon lui-même prendre une pièce de monnaie dans ta bouche. Le cadavre d'un vieil homme flottera sur l'eau et te suppliera, les bras tendus, de le faire monter dans ta barque. Ne fais pas attention à lui. N'aide personne sur ton chemin, tu pourrais ainsi perdre ton gâteau et plus jamais tu ne reverrais la lumière du jour. Quand Perséphone aura rempli la boite avec la pommade, ne l'ouvre pas. Rapporte-la fermée à Aphrodite. Au retour, offre une autre pièce à Charon et jette le deuxième gâteau au chien à trois têtes. Si tu suis très scrupuleusement tous mes conseils, ta mission sera couronnée de succès. »

Psyché remercia la tour et partit vers l'Ouest. De braves gens qu'elle rencontra lui donnèrent les deux gâteaux au miel et les deux petites pièces d'argent. Ainsi pourvue, elle arriva jusqu'à la grotte menant au monde inférieur. Suivant les directives de la tour, elle put revenir sur terre et son retour fut salué par le chant des oiseaux.

Le voyage se terminait bien. C'est alors que la curiosité, qui la tenaillait depuis longtemps, l'emporta.

« Si j'ouvre la boîte pour une seconde seulement, il ne m'arrivera rien » pensa-t-elle et aussitôt elle souleva le couvercle.

Malheureusement, ce n'était pas de l'onguent qu'il y avait dans la boîte mais le sommeil infernal de la Mort.

A peine avait-elle entrouvert le coffret que le sommeil s'échappait et la faisait tomber à terre, telle une défunte.


Ana CruzIllustration de Ana Cruz


Pendant ce temps, la blessure d'Eros s'était guérie et le jeune dieu commençait à s'ennuyer sans sa femme. Il la chercha partout, et la découvrit enfin, gisant sur le sol. Porté par ses ailes d'or, il se posa doucement auprès d'elle, effaça soigneusement le sommeil de la mort et le remit dans la boîte.

Puis il l'éveilla en la frappant doucement d'une flèche à l'épaule, et s'envola vers le palais de sa mère, où il voulait arriver avant le retour de Psyché. Dès qu'elle eut retrouvé ses esprits, celle-ci courut aussi rejoindre Aphrodite.

Eros supplia sa mère de pardonner à la jeune femme, mais la déesse restait inébranlable. Ce ne fut que grâce à l'intervention de Zeus qu'Aphrodite consentit à oublier l'affront dont elle voulait se venger.

Alors Zeus envoya Hermès pour qu'il ramène Psyché sur l'Olympe et il lui tendit lui-même une coupe de nectar divin pour la rendre immortelle.

Tous les dieux assistèrent au magnifique mariage et les Muses charmèrent tous les convives de leurs chants.

belle bete 6

Partager cet article

Repost 0
Miss Terry Traine - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Miss Terry Traine
  • Le blog de Miss Terry Traine
  • : Patati et patata
  • Contact

Profil

  • Miss Terry Traine
  • J'aime trainer sur la toile, le cinéma, la musique, les photos et ne rien faire. Mes docs me suivent partout où je vais, même dans mon imaginaire. Je voyage tout en restant chez moi, je rencontre des gens parfois.
Bonne errance sur ma page
  • J'aime trainer sur la toile, le cinéma, la musique, les photos et ne rien faire. Mes docs me suivent partout où je vais, même dans mon imaginaire. Je voyage tout en restant chez moi, je rencontre des gens parfois. Bonne errance sur ma page

Espace visiteurs ou "livre d'or"

Recherche

Passage sur la page

Compteur Global

Catégories