Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 01:08
0000000 illustration sans adresse

Madame D. Jeanne
Sur le pont Neuf
31000 TOULOUSE
Lundi 20 décembre 1989
Ma petite maman,
Cela fait maintenant 10 ans que tu nous as quitté et chaque année, à l’approche des fêtes de fin d’année, je t’écris une lettre.
Celle-ci sera toutefois différente des autres.
Avant, j’écrivais dans le vide mais depuis que j’ai revu Mr B., notre ancien voisin lorsque nous vivions en Normandie, je ne peux m’empêcher d’espérer que cette lettre arrivera enfin à une destination.
Quand il m’a dit qu’il t’avait vu l’année dernière sur Toulouse, lors de son déplacement pour affaire, mon cœur a bondi dans ma poitrine, ma tête ne voulait pas le croire.
Etais-tu donc toujours vivante ? Est-ce bien de toi dont il parle ?
Malgré les doutes, ce fût plus fort que moi, je me suis mise à y croire. Je dois avoir tord de vouloir si fort te retrouver mais je n’y peux rien. Tu me manques trop. Ne pas faire la démarche de t’écrire serait un regret que je ne me sens pas capable d’assumer pour le temps qui me reste à vivre.
Depuis ton départ, je t’ai cherché sans cesse. Dans les villes, les trains, sous les ponts. Mais le temps, peu à peu, efface ton visage de ma mémoire.
En est-il de même pour toi ? As-tu fini par nous oublier ?
J’ai tellement de choses à te dire que tout se bouscule dans ma tête, je ne trouve plus mes mots…
Je te laisse mon adresse et mon téléphone…
J’aimerais tant entendre ta voix…
Réponds-moi s’il te plait…
Ta fille qui t’aime et pense à toi tous les jours.

0000000 illustration sans adresse1 
Madame D. Jeanne
Sur le pont Neuf, dans la tente grise
31000 TOULOUSE
Mardi 20 janvier 1990
Ma chère maman,
N’ayant pas eu de réponse à ma première lettre, je voulais te dire…
Je te souhaite avant tout une bonne année, qu’elle soit meilleure que celles que tu as pu passer sans nous. Je me suis demandée si tu avais les moyens de me répondre et peut-être que c’est la raison de ce silence…
Je te joins une carte téléphonique et du papier ainsi qu’une enveloppe timbrée.
Réponds-moi ou appelle-moi…
Ta fille qui t’aime toujours autant et qui t’attend.

0000000 illustration sans adresse2 
Madame D. Jeanne
Sur le pont Neuf, dans la tente grise, sous la pluie et dans le froid
31000 TOULOUSE
Mercredi 21 février 1990
Maman,
Je prends le train pour Toulouse.
Je serais à la gare Matabiau à 14h17 le 24 février.
Je t’aime.
A tout à l’heure

0000000 illustration sans adresse3 
Samedi 24 février 1990, gare Matabiau, 14h17
Samedi 24 février 1990, sous la neige, 14h40, sur le pont neuf
Samedi 24 février 1990, 15h15, dans le train

0000000 illustration sans adresse4   
     

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julien 07/01/2012 15:08


Cette histoire est une histoire de "non dits" comme il y en a tant dans la vie. Cette jeune femme porte l'absence de sa mère comme une blessure qui, loin de cicatriser, s'envenimme chaque jour
davantage. Elle lui écrit comme on remue un couteau dans une plaie. Ceci n'est pas écrit mais se sent dans les silences. Trés beau texte. Bravo !

Miss Terry Traine 07/01/2012 18:06



Merci Julien, avis trés pertinent. Contente que ce texte te plaise. Gros bisous



Présentation

  • : Le blog de Miss Terry Traine
  • Le blog de Miss Terry Traine
  • : Patati et patata
  • Contact

Profil

  • Miss Terry Traine
  • J'aime trainer sur la toile, le cinéma, la musique, les photos et ne rien faire. Mes docs me suivent partout où je vais, même dans mon imaginaire. Je voyage tout en restant chez moi, je rencontre des gens parfois.
Bonne errance sur ma page
  • J'aime trainer sur la toile, le cinéma, la musique, les photos et ne rien faire. Mes docs me suivent partout où je vais, même dans mon imaginaire. Je voyage tout en restant chez moi, je rencontre des gens parfois. Bonne errance sur ma page

Espace visiteurs ou "livre d'or"

Recherche

Passage sur la page

Compteur Global

Archives

Catégories